Go to menu Go to content

Essais routiers

Hyundai Santa Fe 2009

On gagne à le découvrir !

Par Jean-Pierre Bouchard

Le lancement de la plus récente génération de Santa Fe en 2007 a permis de démontrer aux acheteurs que Hyundai pouvait figurer sur la liste des constructeurs sérieux. Alors que la précédente génération n'avait rien d'inspirant, la dernière, elle, m'a tout simplement séduit par la qualité de l'ensemble.

Carrosserie

Les dimensions du Santa Fe sont un peu plus généreuses que celles d'un Honda CR-V ou d'un Toyota RAV4 qui, en certaines livrées, coûtent pourtant plus cher. Il est également un peu plus gros que le Kia Sorento. Les stylistes de Hyundai ont dessiné une carrosserie plus costaude, tout en lui insufflant une certaine dose d'élégance et de modernité.

Habitacle

Le premier contact avec l'habitacle est positif. Le véhicule fait usage de matériaux de belle qualité et qui sont, pour la plupart, bien assemblés. À ce chapitre, les constructeurs américains devraient prendre exemple. Montez à bord d'un Ford Escape, par exemple, et faites les comparaisons d'usage. La présentation est au goût du jour. L'habitacle profite d'une bonne insonorisation. À l'avant, les occupants prennent aisément place dans des sièges fermes mais confortables. Le dégagement pour les jambes est généreux, mais celui pour la tête des occupants de grande taille, plus limité, surtout quand le véhicule est doté du toit ouvrant. Le conducteur bénéficie d'une excellente position de conduite. Le volant est inclinable et télescopique, tandis que le siège permet divers réglages. L'instrumentation est de consultation facile. Les principales commandes sont faciles à manipuler. La visibilité est bonne dans toutes les directions. La grande ouverture des portes facilite l'accès à la banquette arrière, confortable pour deux personnes de grande taille. Elles bénéficieront d'un bon dégagement pour la tête et les jambes. Le Santa Fe peut être dotée d'une banquette de troisième rangée, aussi inutile qu'inconfortable. Elle conviendra seulement pour y transporter de jeunes enfants, et ce, sur de courtes distances. Une fois en place, elle réduit considérablement le volume utilitaire qui, autrement, est de bonne dimension. Le hayon ouvre haut pour faciliter le chargement d'objets.

Mécanique

Le V6 de 3,3 litres conviendra dans la plupart des situations. Accompagné d'une boîte de vitesses automatique à 5 rapports, il procure des accélérations et des reprises suffisantes pour déplacer le véhicule avec aisance et douceur. La consommation moyenne de carburant demeure néanmoins élevée, soit environ 13,1 litres aux 100 kilomètres. La raison : ce moteur doit travailler fort pour garder le rythme. Il permet néanmoins de tirer des charges de 1 588 kilos (3 500 livres). Les performances du V6 de 2,7 litres de base sont limitées, surtout pour ceux qui veulent tirer une roulotte, par exemple. Le conducteur d'un modèle doté de la transmission intégrale dispose d'un bouton qui permet de verrouiller le différentiel pour obtenir une répartition égale du couple entre les roues avant et arrière. C'est plutôt une caractéristique rare au sein de cette catégorie. Le dispositif de contrôle de la stabilité du véhicule et l'antipatinage font partie de l'équipement de série.

Comportement

Le Santa Fe dégage une grande impression de solidité. La suspension est ferme, mais elle assure un bon confort la plupart du temps et une grande douceur de roulement. La direction répond rapidement aux demandes du conducteur. Le véhicule est maniable, sans être véritablement sportif. Les freins à disque aux quatre roues avec antiblocage assurent des arrêts sûrs. Ce véhicule n'a absolument rien à envier aux meilleurs de la catégorie.

Conclusion

De toute la famille Hyundai, la Santa Fe demeure mon préféré. Le constructeur a vraiment travaillé avec sérieux. Une fois de plus, il ne révolutionne en rien la catégorie, reprenant ici et là les meilleurs éléments des rivaux les plus établis. Pour le prix demandé, l'ensemble est homogène. Reste à introduire des moteurs plus sobres en carburant. À ce titre, les Japonais ont encore une longueur d'avance. J'en veux pour exemple le puissant V6 du Toyota Highlander. Car pour le reste, le constat est positif sur presque toute la ligne. Peut-être lui faudrait-il porter l'écusson Honda ou Toyota pour attirer davantage l'attention.

Deuxième avis : Daniel Rufiange

Pour moi, utilitaire rime avec urticaire. J'ai de plus en plus de difficulté à saisir l'engouement pour ces véhicules énormes, gourmands et polluants. Si la hausse du prix du carburant nous fait rager, elle réussira peut-être à réduire la demande pour ces véhicules. Ceci étant dit, si j'avais à opter pour un utilitaire « petit » format, le Santa Fe serait certainement très haut sur ma liste. Ses deux V6 sont vigoureux (surtout le 3,3-litres) et contribuent au plaisir de conduire ce véhicule. Cependant, la sensation de mollesse de la suspension se révèle décevante et nous rappelle qu'il faut le conduire avec prudence. Reste que, à un prix d'ami, on a un rapport qualité-prix fort intéressant. Vous pourrez mettre vos économies à l'achat sur le carburant…